J’ai appris à être maman en le devenant

17 Déc

J’ai appris que l’allaitement ça ne coule pas toujours de source.

J’ai appris que parfois, on pouvait s’inquiéter d’une couleur ou d’une consistance de selles inhabituelle.

J’ai appris que j’allais l’aimer comme jamais j’avais aimé. L’amour, il y en a de toutes les sortes, de toutes les intensités, mais celui qu’on a pour son et ou ses enfants, il est spécial. Il est démesuré, passionné, indomptable, inachevable, ineffable.

J’ai appris rapidement qu’un nourrisson a des besoins vitaux comme du lait, du repos, et de l’affection, du contact proche, très proche. Que la nourriture et le sommeil sont tout aussi important que le contact physique avec la maman et le papa.

J’ai compris que je préférais porter mon enfant aussi longtemps qu’il en aurait besoin plutôt que le laisser pleurer pour « trouver son sommeil ».

J’ai appris à le connaître lui, son caractère, sa personnalité. Tout bébé j’ai appris à répondre à ses besoins. En grandissant, j’ai appris à le connaître, à me délecter de voir son avis, ses envies, ses goûts, sa façon d’être, se dévoiler à moi.

J’ai appris à lui faire confiance, à le laisser faire tout en veillant à ce qu’il ne lui arrive rien.

J’ai appris qu’il valait mieux lui proposer autre chose plutôt que d’hurler.

J’ai appris à expliquer les interdictions avec des mots simples.

J’ai compris que je préférais éduquer plutôt que dresser.

J’ai appris qu’un enfant ça comprend tout très tôt, qu’on pouvait lui parler, lui expliquer, le prévenir des évènements désagréables à venir et que ça se passait toujours mieux.

J’ai appris que ce sont des éponges à émotion et qu’au lieu de rester dans mon inquiétude sans les nommer, je devais lui parler avec des mots simples, lui dire que maman n’est pas bien mais que ce n’est pas de sa faute, qu’elle est inquiète mais que ça passera vite et qu’il n’y est pour rien.

J ‘ai confirmé que je ne pourrais jamais lever la main sur mon enfant, que les mots sont bien plus bénéfiques.

J’ai appris à faire cas du « tu verras quand il sera plus grand ».

J’ai compris que j’avais des principes avant, que j’en ai des nouveaux maintenant, que j’en aurais d’autres plus tard. Qu’ils servent de base, de vision de la vie mais qu’ils peuvent être suivis ou détournés pour toujours s’adapter.

J’ai appris qu’apprendre c’est bien mais que ça n’empêche pas de toujours se remettre en question.

J’ai appris qu’il y a autant d’enfants que de caractères, d’histoires. Que ce qui marche avec un, marchera peut être pas avec un autre.

J’ai appris qu’un enfant ça passe par des étapes normales et nécessaires à son développement. Qu’un bonhomme de 18 mois qui frappe sa mère peut réagir à des non-dits qu’il ressent, peut tester l’amour de l’autre, essayer pour comprendre les limites. Qu’il peut le faire une seule fois ou plusieurs et réagir en fonction de l’attitude et explications de ses parents. Qu’une petite fille qui dit « non » à tout bout de champs est aussi en train d’apprendre, de créer sa personnalité, d’affirmer ses besoins, de se rendre compte qu’elle est une personne à part entière détachée de ses parents.

J’ai appris qu’il fallait de la patience en tout et tout le temps. Comme ces soirs après une journée de boulot éreintante avec un bébé fatigué et testeur de limite.

J’ai compris qu’un enfant devient un homme ou une femme en ayant confiance et en étant entouré d’amour.

J’ai appris que la psychologie est importante et qu’on construit une vie et un adulte dès les premières heures de vie.

J’ai appris que tout ne se passe pas toujours comme on le veut, comme on l’espère.

J’ai appris qu’on pouvait traverser des épreuves difficiles mais qu’un sourire de notre enfant suffit à nous remonter comme un coucou suisse.

J’ai appris que je pouvais être forte, souriante, donner l’impression d’être joyeuse alors qu’à l’intérieur j’avais envie de mettre au sol en position foetale et pleurer.

J’ai appris qu’on pouvait surmonter tout juste pour son enfant.

J’ai appris que la vie c’est pas un kiwi, que parfois c’est une chienne, parfois un bonheur mais qu’elle valait quand même vachement le coup.
picasso

Publicités

7 Réponses to “J’ai appris à être maman en le devenant”

  1. amalise décembre 17, 2012 à 2:01 #

    Merci pour ces mots, tellement beaux, tellement vrais. Merci pour cette vérité, que j’oublie trop souvent avec mon fils, et qui me fait me demander régulièrement si je ne suis pas en train de détruire plutôt que de construire. C’est très vrai, c’est la base de tout, mais hélas la fatigue, le besoin de se retrouver, l’envie d’autre chose font que bien souvent on oublie ces fondamentaux … Quelle chance a ton fils d’avoir une Maman comme toi (enfin, à priori c’est sans doute lui qui t’a trouvée, et visiblement cela a pris pleinement son sens!). Bises.

  2. parleamamere décembre 17, 2012 à 3:37 #

    On n’est pas des mères parfaites, mais être là pour eux et toujours se remettre en question c’est ce qui fait de nous des mères perfectibles.
    Et la meilleure mère pour son enfant c’est soi, on en apprend chaque jour, ils nous font grandir.
    Bien sûr l’épuisement du quotidien nous fait faire des erreurs, du moins ce qu’on juge nous comme des erreurs, mais nos enfants nous aiment dans notre imperfection ❤

  3. Supamam décembre 18, 2012 à 12:52 #

    Superbe article, j’ai l’impression de me lire ! ça me rassure, je vois que je ne suis pas seule à vivre ça 😉
    Apprendre à être mère dans le respect de son enfant et de soi même, c’est un travail de tous les jours ! Je suis ravie de découvrir ton blog à travers cet article 🙂

    • parleamamere décembre 18, 2012 à 1:00 #

      C’est tout à fait ça, un travail de tous les jours que je découvre avec mon fils et dont je n’avais pas la moindre idée avant.
      Merci pour ton commentaire 🙂 Du coup je découvre ton blog aussi et ta page fan 😉

  4. babymeetstheworld décembre 18, 2012 à 12:57 #

    c’est très beau, en effet on apprend beaucoup de choses sur lui mais surtout sur nous

    • parleamamere décembre 18, 2012 à 1:06 #

      C’est bien vrai, on « grandit » ensemble ! C’est ce que je me dis souvent quand je me penche sur mon passé et que je vois la façon dont j’ai « évolué », sur plein de niveau, depuis que je suis maman 🙂

  5. mmeeetsoncrapiot décembre 18, 2012 à 8:57 #

    J’aime beaucoup cet article, beaucoup de choses si vraies avec des mots si simples…. ça fait du bien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :