Une nouvelle aventure !

30 Mar

Aussi loin que je me souvienne j’ai toujours adoré écrire, plus, c’était un besoin dès lors que j’en ai été capable, que l’on me l’a enseigné. J’ai commencé par écrire des mots, des phrases puis des petits livres accompagnés de dessins que j’agrafais ensemble et offrais fièrement à mes parents. Haute comme trois pommes j’écrivais déjà mes premières histoires.

J’ai fini par en faire un travail en m’adaptant à ce milieu et ses besoins. Il fallait bien payer son loyer et manger. Je me suis donc retrouvé à écrire tous les jours, toute la journée, à la chaîne, à compter le nombre de mot que je pouvais produire à la journée, à la minute… le plus possible, sur tout et n’importe quoi.

Les fiches produits passaient et défilaient. J’écrivais sans réfléchir presque. Le rendement il n’y avait que ça qui comptait. Dans ce cercle infernal de la fiche produit, de la petite jupe à fleur au body à emmanchure américaine j’ai perdu le plaisir, l’ivresse de l’écriture. Aspirée dans ce cercle, dans cette vie professionnelle qui m’avait fait perdre ce que j’étais et ce que j’aimais, l’écriture était devenue un vulgaire outil de travail. J’en ai été libérée, malheureusement pour certains, lors de la fermeture de l’entreprise dans laquelle « j’œuvrais ».

J’étais enceinte, je me suis retrouvée à la maison… et j’ai couvé, glandé… plus écrit. Plus écrit nulle part, pour plus personne. Le temps a passé, j’ai accueilli mon nouvel enfant, géré le plus grand et son chamboulement émotionnel, et me voilà aujourd’hui vide de ce que j’étais, de ce que j’aimais.

Je n’ai plus écrit, même plus beaucoup réfléchit. Les jours ont filés, les automatismes se sont installés, j’ai pris tout le bonheur que m’offraient mes enfants et mon homme, les barres d’amour au petit déjeuner mais je n’ai pas été moi, que moi depuis plusieurs mois. J’ai été maman, j’ai été celle qui cuisine, qui allaite, qui joue, qui amène à l’école mais plus celle qui aime écrire.

Aujourd’hui, j’ai à nouveau ce besoin qui me réveille et demande à s’exprimer. Aujourd’hui je veux réécrire, pour moi, par plaisir, sur ce que je veux et quand je veux !

Je commence par réinvestir ce lieu que j’avais créé comme un refuge mais aussi régulièrement sur un blog de mamans que j’affectionne tant : Mamans qui déchirent ! Déjà parce qu’avouons-le je suis une maman qui déchire (ou pas !) mais aussi parce que je pourrais y partager mes écrits, ce que j’ai envie de semer, de la plus légère recette de cuisine à l’article de fond sur la vie, sur ma vie de maman.

4263193267_b803e4c545_o

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :